De A à Z
Cette Semaine
Planning des Sorties
Par Réalisateur
Autour du Cinéma
Films Cultes

Tests DVD
Par Editeur
Planning des Sorties
Boutique DVD

Portraits
Culcultes
Galeries Photos

Gros Plans
Dossiers
Entretiens

News ciné
Box-Office
Notes

Nouveaux forums !!
Concours
Newsletter
Liens web

Films de Van Damme
Location de DVD
Carlotta Films
One Plus One
Conception web
Michael Cimino







5x2


Table rase des crises de nerfs en maison de poupées, des sitcoms hystériques et des adolescents criminels. 5x2 déploie sa petite mécanique en silence, et s’ouvre d’ailleurs sur une logorrhée glaciale que Marion (Valeria Bruni Tedeschi) et Gilles (Stéphane Freiss) ne semblent même plus vouloir entendre. Et plutôt que de terminer sur les sourds adieux de chambre d’hôtel, François Ozon remonte à contre-courant l’histoire d’un couple défait, d’une source tarie à un océan de grandes espérances.


Le dernier bain a pourtant lieu sous l’égide d’un soleil qui veut déjà se coucher, symbole d’une relation promise à la lente dérive. Chez Ozon, le couple est triste. Si chez d’autres le temps détruit tout, le réalisateur, lui, traque et observe les quelques débris abandonnés peu à peu sur la route quotidienne du ménage, de ses idéaux de confiance floués, de ses doutes et sa culpabilité rampante. La tromperie de l’un, brandie en public comme une provocation, répondant à celle de l’autre, adultère de conte de fées au bord d’un lac de fantasmes.



FRANCOIS OZON


A la sortie de son septième film, 5x2, François Ozon ferait presque figure de vieux routard. Parce que chacune de ses nouvelles sorties est maintenant attendue et ne jouit plus de la surprise du débutant, parce que son œuvre mûrit et s’éloigne quelque peu de la jeunesse d’hier, sans pour autant en couper les racines. De Gouttes d’eau sur pierres brûlantes à 5x2, le couple, toujours un peu branlant, évolue, trouble juvénile contre usure de l’âge, mais au son de la même petite boite à musique qui reliait les gouttes entre elles – samba teutonne ou mélo rital.


Ozon, toujours occupé à chercher ce qui se trame sous le sable de la rencontre entre Marion et Gilles, tranchant cinq bouts de vie comme il découpait hier ses femmes en huit ou sa Ludivine Sagnier en deux. Un éventail de possibilité pour un cinéaste joueur, comme l’a confirmé sa ludique et légère Swimming Pool, respiration d’été après l’imposante entreprise hivernale de 8 femmes.



SWIMMING POOL


Après le long et éprouvant manège 8 Femmes, Ozon s’octroie quelques vacances au bord d’une piscine. Swimming Pool a des allures de respiration estivale dont la désinvolture risque de désarçonner plus d’un. Terrain connu, pourtant: le dernier Ozon porte le sceau de son auteur.

La maison de poupées dans 8 Femmes, la cabane de l’ogre dans Les Amants Criminels, le nid familial de Sitcom ou la villa du Lubéron dans Swimming Pool: dans tous ses films, la maison figure chez Ozon un lieu catalyseur des passions qui encercle ses personnages pour mieux les décortiquer à vif. De même, les corps illustrent une idée de la subversion et du dépassement qui habite sa filmographie.



8 FEMMES


Du Cluedo annoncé par la promo du film, auréolé d'un casting renversant, ne resteront surtout que les couleurs. Adaptant une vieille pièce de boulevard en l'ayant remodelée à la Sitcom, le réalisateur surdoué de Sous le sable réussit une comédie irrésistible, laissant en plan l'intrigue anémique à la Agatha Christie, simple prétexte à un hommage aux actrices par de multiples clins d'yeux (impossible de ne pas penser à Gilda en voyant Fanny Ardant), et plus particulièrement au Women de Cukor. Là où le générique du maître américain assimilait ces héroïnes à des animaux, Ozon commence avec un bouquet de fleurs censées illustrer leur caractère, impression renforcée par le soin vestimentaire apporté aux looks de chacune, de la vamp à la fillette espiègle, délicieusement kitsch et glamour.


Comme pour Gouttes d'eau sur pierres brûlantes, le film joue la théâtralisation à outrance. Après un prélude déroutant où la présentation des personnages se limite à une accumulation de stéréotypes, on s'aperçoit vite que François Ozon, en stratège pervers, va vite venir chahuter son monde à grand coup de répliques vachardes et de pseudo-révélations en cascade, prétexte à un dynamitage des codes soulevant immanquablement l'hilarité



 
ACCUEIL | CONTACT | NOTES | AJOUTER AUX FAVORIS