De A à Z
Cette Semaine
Planning des Sorties
Par Réalisateur
Autour du Cinéma
Films Cultes

Tests DVD
Par Editeur
Planning des Sorties
Boutique DVD

Portraits
Culcultes
Galeries Photos

Gros Plans
Dossiers
Entretiens

News ciné
Box-Office
Notes

Nouveaux forums !!
Concours
Newsletter
Liens web

Films de Van Damme
Location de DVD
Carlotta Films
One Plus One
Conception web
Michael Cimino







ENTER THE MATRIX


Sorti en 1999, Matrix pourrait être assez justement considéré comme le premier film du 21e siècle. Accumulant d'innombrables influences, le film fait office de Star Wars de la nouvelle génération. Telle la trilogie de George Lucas, celle des frères Wachowski présente un ensemble homogène composé de multiples éléments empruntés à diverses cultures, de sources thématiques et esthétiques que l'œuvre digère de manière intelligente. Des mythologies chrétiennes ou grecques au comic book, en passant par les écrits classiques de Joseph Campbell ou la littérature de science-fiction, c'est tout un pan de la culture occidentale qui est traversé sous l'influence formelle asiatique (combats au sabre, à l'arme lourde ou arts martiaux, japanimation, jeux vidéos...). Au croisement d'inspirations diverses, l'univers de Matrix est souvent accusé de plagiat alors que d'un terreau commun à de nombreux films, romans, bandes dessinées, il élabore une forme nouvelle, une greffe improbable et réussie.


NEO AU PAYS DES MERVEILLES

Les Wachowski entament ainsi leur saga à partir d'une structure basique, commune à toute grande histoire, tout mythe. Suivant les étapes présentées par Joseph Campbell dans son ouvrage Le Héros aux mille et un visages, le protagoniste du film, tout d'abord en phase de déni, sera appelé à quitter la quiétude quotidienne, avant d'être affranchi par une figure de mentor afin d'embrasser son destin et d'affronter les épreuves qui le mèneront à sa chute, avant de renaître sous la forme d'un être accompli. Thomas Anderson est donc réveillé par Morpheus, qui lui fera accepter son autre identité, celle de Neo, l'Elu. Un sauveur, dont l'arrivée fut prophétisée par un Oracle et qui, comme Jésus, devra mourir pour mieux ressusciter. Les références religieuses ne s'arrêtent pas là. Anderson (littéralement fils de l'Homme ) tient son prénom de Saint Thomas, qui ne croyait que ce qu'il voyait, et devra alors voir de lui-même ce qu'il en est, comme lui indique par trois fois Morpheus au cours du film, ce dernier étant lui-même baptisé d'après le Dieu des rêves de la mythologie grecque. Un guide spirituel qui cite Simulacres et simulation de Jean Baudrillard ( "Bienvenue dans le désert de la réalité"), ouvrage aperçu plus tôt chez Neo, ouvert au chapitre Nihilisme, le désespoir de considérer la vie comme dénuée de sens. Les indices traversent le métrage de toutes parts, à l'instar des nombreux clins d'œil à Alice au pays des merveilles de Lewis Caroll (suivre le lapin blanc, passer à travers le miroir...) ou autres contes de fées (le baiser qui réveille Neo à la fin du film), ainsi qu'à 1984 de George Orwell (Neo, anagramme de "One", habite la chambre 101, chambre dans laquelle, dans l'œuvre d'Orwell, on torturait des gens qui finissaient par croire quelque chose de faux).


Les frères Wachowski empruntent des thèmes déjà usités par les auteurs de science-fiction modernes, comme la transposition du mythe de la caverne de Platon à notre monde urbain et paranoïaque. Ainsi, des écrivains comme Philip K. Dick (Ubik, Le Maître du Haut-Château) ou Alan Van Vogt (Le Monde du Non A) s'amusaient à mettre en situation des héros perdus entre rêve et réalité, fantasme et vérité. Ils avaient déjà dressé le constat d'une désincarnation de l'individu par une société de plus en plus automatisée qui cacherait son but réel aux yeux de la population. De même, l'intelligence artificielle et le combat entre les hommes et les machines ont été surexploités par la littérature fantastique du 20e siècle. L'univers d'Isaac Asimov (Les Robots) apparaît comme une référence évidente. Plus prégnante encore sur Matrix est l'influence de William Gibson, véritable créateur du courant cyberpunk, qui mélange intrigue de roman d'anticipation et développement informatique. Son roman le plus célèbre, Le Neuromancien, partage de nombreuses similitudes avec le début de l'aventure de Matrix. Thomas Anderson est un pur héros gibsonien, un petit pirate informatique qui, sans le savoir, a mis le doigt dans un engrenage qui lui sera fatal. Sa première œuvre portée à l'écran, Johnny Mnemonic, avait même pour interprète principal... Keanu Reeves. Mais la force des Wachowski est de ne pas se limiter au monde réel ou à celui créé aujourd'hui par les réseaux informatiques. Ils ont développé un univers unique, dépassé la frontière de notre monde contemporain, même customisé pour y intégrer, à l'image de Metropolis de Fritz Lang, un deuxième monde, forcément caché et souterrain, opposé à celui reproduit par la Matrice.


NOUVELLE VAGUE

Le parcours du héros s'inspire également de l'univers des jeux vidéos. Le téléphone sert de point d'entrée ou de sortie dans la Matrice, il est possible d'acquérir de nouvelles capacités en téléchargeant les données directement dans le cerveau, le personnage avance en fonction de choix décidant de la suite du récit (atteindre l'échafaudage ou se faire arrêter par les agents, choisir de coopérer avec les autorités ou leur résister, prendre la pilule bleue ou la rouge, laisser Morpheus mourir ou se sacrifier pour lui sauver la vie, affronter l'agent Smith ou fuir...), tous découlent d'un schéma tiré du jeu vidéo, caractéristiques aussi des jeux des rôles, qu'ils soient sous forme informatique ou livresque. L'influence du jeu vidéo imprègne aussi l'esthétique du film: les bureaux de Metacortex à travers lesquels Neo doit échapper aux agents rappellent les labyrinthes de Pacman, le dojo où il s'entraîne contre Morpheus et la station de métro où il combat Smith sont des décors presque identiques à ceux des niveaux de Street Fighter II. Dans Matrix Reloaded, c'est le langage informatique qui sera à son tour retranscrit à l'écran. Formellement, Matrix puise tout autant dans la bande-dessinée, et plus particulièrement dans les comics. L'introduction du film, où Trinity est poursuivie par des policiers et des agents, n'est pas sans rappeler le graphisme minimaliste du Sin City de Frank Miller, dans un noir et blanc presque expressionniste. D'autres scènes d'actions ont été storyboardées par des artistes de ce support comme, par exemple, Steve Skroce (qui a œuvré sur Spider-Man, X-Men). Plusieurs designs, pour le vaisseau notamment, sont signés Geoff Darrow (Hard Boiled).


Enfin, dernière influence majeure, la contre-culture asiatique et notamment le manga et la japanimation. Les Wachowski ont d'ailleurs produit The Animatrix, dix courts métrages d'animation réalisés par les meilleures spécialistes du genre. A son générique, on retrouve de grands noms comme Yoshiaki Kawajiri (Ninja Scroll), Watanabe Shinichiro (Cowboy bebop) ou encore le génial Koji Morimoto (Memories). Les autres références les plus évidentes sont Ghost in the Shell de Masamune Shirow, porté à l'écran par Mamoru Oshii, Patlabor I et II du même réalisateur, à qui l'on doit le vertigineux Avalon, ou encore, Robotech-Macross et ses immenses robots dirigés par la pensée humaine. Par extension, on peut également retrouver des similitudes entre Matrix et une flopée de mangas et films d'animation japonais, tant les frères Wachowski apparaissent comme des fans transis. Les affrontements entre Neo et l'agent Smith rappellent ceux d'Akira de Katsuhiro Otomo, le fond des films est proche de celui de Gunm de Yukito Kishiro, même si cette dernière œuvre emprunte elle aussi sa trame à Metropolis de Fritz Lang. Enfin, pour les férus de la partie informatique de Matrix, il faut impérativement découvrir la série Serial Experiments of Lain de Ryutaro Nakamura, qui dépasse très largement la saga des Wachowski sur ce terrain précis.


THE MATRIX EVOLUTION

L'influence des mangas et des films d'animation japonais va au-delà de la thématique et des simples emprunts esthétiques. Le manga se caractérise en effet par des enchaînements graphiques de point de vue à point de vue, ce qui a pour effet, entre autres, de décomposer l'action à son maximum. L'emploi de l'effet "bullet time" ou encore les multiples arrêts sur image qu'utilisent les Wachowski en sont une habile transposition cinématographique. Les scènes de combat ont été confiées au chorégraphe chinois Yuen Woo Ping (Il était une fois en Chine, Taï Chi Master). Matrix parvient à réaliser la jonction esthétique entre les films de sabre, ses combats en apesanteur et les gunfights chers à John Woo. Le résultat sur l'écran est impressionnant. Bien sûr, les puristes pourront arguer que Daniel Lee avait déjà réalisé cette synthèse sur le plan de la mise en scène dans Black Mask avec Jet Li, mais ce film produit par Tsui Hark manquait cruellement de chair. La grande réussite des Wachowski est bien là. Avoir assemblé les pièces du puzzle pour définir un monde cohérent et autonome. Depuis le premier volet de la saga, de nombreux réalisateurs ont tenté de reproduire les avancées des Wachowski. Personne n'est parvenu encore à les égaler.





 
ACCUEIL | CONTACT | NOTES | AJOUTER AUX FAVORIS