De A à Z
Cette Semaine
Planning des Sorties
Par Réalisateur
Autour du Cinéma
Films Cultes

Tests DVD
Par Editeur
Planning des Sorties
Boutique DVD

Portraits
Culcultes
Galeries Photos

Gros Plans
Dossiers
Entretiens

News ciné
Box-Office
Notes

Nouveaux forums !!
Concours
Newsletter
Liens web

Films de Van Damme
Location de DVD
Carlotta Films
One Plus One
Conception web
Michael Cimino






 

Billy Elliot
Billy Elliot
UK, 2000
De Stephen Daldry
Scénario : Lee Hall
Avec Jamie Bell, Gary Lewis, Jean Heywood, Jamie Draven, Julie Walters, Stuart Wells
Photo : Brian Tufano
Musique : Stephen Warbeck, Wayne Hector et Steve Mac
Durée : 1h50




Angleterre du Nord, 1984. Billy Elliot, jeune garçon de onze ans, devient adepte des cours de ballet délivrés dans le gymnase de la ville. Alors que ses amis prennent des leçons de boxe et que son père et son frère sont engagés dans la grève des mineurs, Billy se bat de son côté pour faire admettre à son entourage sa passion pour la danse.


JUST BECAUSE I LIKE BALLET DOESN'T MEAN I'M A POOF, YOU KNOW

De nombreux films se sont délectés de montrer au grand jour la situation des danseurs dans notre société moderne et l'apprentissage de cet art peu connu et reconnu qu'est la danse. Mettant en scène la plupart du temps des stéréotypes de futures étoiles de grands ballets nationaux (Danse ta vie, Save The last Dance), des danseuses ambitieuses et passionnées condamnées à faire de la revue pour survivre (Flash Dance, Show Girls), des danseurs ne pouvant exprimer pleinement leur talent sous la contrainte de traditions étouffantes (Ballroom Dancing, Dirty Dancing), ou encore des artistes au bout du rouleau épuisés par la masse de travail que représente la création de spectacles (Que le spectacle commence), ces films donnent toujours à voir la dureté d'un monde codifié destiné à faire rêver les spectateurs et le statut précaire de ses interprètes. Billy Elliot est d'une toute autre nature. Il a cela de différent qu'il montre non pas l'imperméabilité du milieu de la danse, cachée sous une façade parfaite de strass et de paillettes adorés du public, mais pointe du doigt les préjugés de la société sur cet univers, qu'elle ne connaît finalement que très peu.


Pourquoi vouloir danser lorsque l'on est un garçon, qui plus est fils de mineur anglais? Se basant sur cette problématique, Billy Elliot est bel et bien un film sur la passion pour la danse et non, comme on le lui a souvent reproché à tort, une énième comédie sur la crise sociale anglaise comme a pu l'être The Full Monthy. Car, si les scénaristes ont inscrit leur histoire dans le cadre de la grève des mineurs du Nord de l'Angleterre sous le gouvernement Thatcher, ce n'est pas dans le simple but d'évoquer ce passage trouble de l'histoire anglaise, mais bien dans celui de servir le récit principal de cette œuvre. Le contexte socio-politique dans lequel le jeune Billy évolue se place ici comme une toile de fond destinée à mettre en évidence le combat qu'il mène face à un monde machiste déchiré par la crise. Lors d'une interview à propos du message que véhicule le film, le scénariste Lee Hall déclare: "Notre société est appauvrie du fait de l’impossibilité qu’ont les gens créatifs et volontaires de s’exprimer."


Si Billy est en rupture avec cette société appauvrie, il l'est également, et par-dessus tout, avec sa famille, qui se résume à un foyer sans mère, régi par la grève, où toute trace d'expression artistique a disparu. Les disques que son frère écoute le soir dans son lit et le piano sur lequel sa mère le laissait jouer lui sont interdits, quant à la seule présence féminine de la maison, elle est réduite à une grand-mère désorientée, femme de mineur restée au foyer alors qu'elle rêvait de devenir danseuse. C'est ainsi qu'en réaction à ce monde de désirs refoulés, Billy se laisse emporter par la magie de la danse. Dans ce nouvel univers, considéré comme peu viril par des hommes trop occupés à détruire ce qui les entoure, les sentiments sont non seulement autorisés, mais surtout utilisés comme outils de création (voir la scène où, énervé contre son père, Billy se lance dans un numéro de claquettes à couper le souffle). Dans une des dernières scènes, Billy expose à un jury perplexe le sentiment qu'il éprouve lorsqu'il danse, signant en un parfait monologue un véritable manifeste de ce que la danse et l'art en général représentent.


I DON'T WANT A CHILDHOOD. I WANT TO BE A BALLET DANCER.

Outre ce parti pris d'une approche détournée de la danse, le plus grand pari du film résidait dans le choix de l'interprète de Billy. Un véritable tour de force que celui de trouver un jeune anglais d'une dizaine d'années sachant danser et jouer la comédie de manière égale, de telle sorte que le film ne souffre pas d'un manque de cohérence, sachant qu'il allait reposer entièrement sur les épaules de l'acteur. Défi relevé et parfaitement réussi par Jamie Bell. Se basant sur sa propre expérience de danseur, il offre à Billy les sentiments et les états de corps nécessaires pour rendre son personnage totalement crédible. Sa passion pour la danse transpire jusque dans son jeu et ses mouvements. Aucune fausse note ne peut-être décelée, les mouvements approximatifs du débutant sont empreints d'un tel charisme qu'ils semblent être exécutés par le plus grand des virtuoses. Jamie Bell a ce petit quelque chose, le milieu de la danse appelle ça "la présence", qui permet de transcender le simple jeu d'acteur pour faire vivre son personnage au-delà du film.





QUELQUES LIENS :

http://www.billyelliot.com/



A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z
 
ACCUEIL | CONTACT | NOTES | AJOUTER AUX FAVORIS