DE LA SCENE A L'ECRAN



Dès ses débuts, la comédie musicale filmique s’est tournée vers l’adaptation de show scéniques. Si, dans un premier temps, les semi-transpositions prenaient pour prétextes des histoires montrant la création et les représentations de ces spectacles, les systèmes d’adaptations se sont peu à peu diversifiés jusqu’à devenir d’excellents moyens de remettre le genre au goût du jour. Quand la comédie musicale s’enlise à partir des années 60, les scénaristes, qui avaient imaginé de nouvelles œuvres lors de la décennie précédente, retournent régulièrement fouiller dans les cartons de Broadway pour dénicher LA pièce à succès qui pourra redonner un coup de fouet à la production. Cette tendance est toujours d’actualité comme le montre dernièrement Rent qui rythme Broadway depuis 1996. Si l’industrie cinématographique continue dans cette voie, nous pourrions voir transposés à l’écran dans les années à venir des shows comme Boy From Oz (avec Hugh Jackman dans le rôle de Peter Allen), Wicked ou Avenue Q.


Ce lien récurrent entre la scène et le grand écran depuis les débuts du genre va provoquer dès les années 70 un système de va-et-vient entre les deux mediums artistiques. Tout d’abord par le biais des chorégraphes et metteurs en scène qui vont passer de l’autre côté de la caméra pour adapter leurs propres shows ou réaliser leurs nouvelles comédies musicales sur grand écran. On peut retenir parmi eux Bob Fosse (Sweet Charity et Cabaret), Rob Marshall (Chicago), Susan Stroman (Les Producteurs), Andy Fickman (Reefer Madness) ou Julie Taymor (Across the Universe prévu pour la fin de l’année 2006). Autre retour de manivelle, l’artère new-yorkaise n’a pas laissé le cinéma puiser dans sa manne impunément et adapte ainsi depuis une vingtaine d’années quelques succès du grand écran comme Le Chant du Missouri (1990), Le Roi Lion (1998) ou Hairspray (2003).


FilmDeCulte vous propose de revenir sur cette tendance d’adaptation récurrente de la scène à l’écran en disséquant, à travers quelques critiques, les différents outils mis en œuvre par les réalisateurs.





WEST SIDE STORY
De Verone à New York.



LA MELODIE DU BONHEUR
La formule des années soixante.



LE ROCKY HORROR PICTURE SHOW
Une adaptation particulière.



GREASE
Le film qui a éclypsé sa version scénique.



LE FANTOME DE L'OPERA
De Andrew Lloyd Webber à Joel Schumacher.



LES PRODUCTEURS
Une adaptation en deux temps.



REEFER MADNESS
Le téléfilm devenu culte.



RENT
L'opéra rock transformé en comédie musicale.







 
ACCUEIL | CONTACT | NOTES | AJOUTER AUX FAVORIS