De A à Z
Cette Semaine
Planning des Sorties
Par Réalisateur
Autour du Cinéma
Films Cultes

Tests DVD
Par Editeur
Planning des Sorties
Boutique DVD

Portraits
Culcultes
Galeries Photos

Gros Plans
Dossiers
Entretiens

News ciné
Box-Office
Notes

Nouveaux forums !!
Concours
Newsletter
Liens web

Films de Van Damme
Location de DVD
Carlotta Films
One Plus One
Conception web
Michael Cimino






 

JCVD IN LOVE


"Party time, dudes!". C’est par ces mots que le débonnaire Président du Jury Joel Schumacher a ouvert le 23ème Festival du Film Policier de Cognac. Une promesse de festivités qui arrivait à point nommé, après une interminable enfilade de discours plus soporifiques les uns que les autres. Maire de la ville, représentant du département, vice-présidente de la région se sont succédés sur scène pour des diatribes ampoulées et démagogiques (sous-entendre que les subventions futures de la Région dépendront de l'ouverture des salles aux collégiens, voilà qui est judicieux et d'une grande portée pédagogique dans le cadre d'un festival dont la majorité de la programmation est interdite aux moins de 16 ans). Si la réponse cynique et improvisée du délégué général Lionel Chouchan face à tant de tirages de couverture, suggérait que le festival du polar soit en train de muter en festival de l'horreur, il n'en était rien cette année.


Côté films, une sélection variée, certes avare de chefs-d’œuvre impérissables, mais de bonne tenue. Comme chaque année très présente (près de la moitié des films en compétition), l'Asie n'a pas brillé comme lors de l'édition 2004, qui avait consacré l'épatant Memories of murder. S'il démarre gentiment, le coréen The Big Swindle (Choi Dong-Hun) peine à se terminer correctement . En ce qui concerne les deux films hong-kongais, Jiang Hu se limite à être vaguement intéressant visuellement (ce qui n'est déjà pas mal), et Infernal Affairs III, malgré une toujours splendide composition de Tony Leung et Andy Lau, et quelques beaux moments de mise en scène, s'avère finalement bien vain. L'Europe constituait le reste de la sélection. Et à part le britannique Layer Cake de Matthew Vaughn (producteur des films de Guy Ritchie, et futur réalisateur de X-Men 3), tous figurent au palmarès.


Prix Special Police (remis par des vrais policiers de tous horizons, d'Interpol à la brigade anti-gangs) à l'unanimité pour The Third Wave, du suédois Anders Nilson. Troisième et dernier volet d'une trilogie, une remarquable (bien qu'imparfaite) plongée dans les arcanes d'Europol et de la lutte contre le crime organisé. La trilogie complète sera bientôt distribuée en France. Prix du jury pour Soundless (Lautlos), de l'allemand Mennan Yapo, remarquable réussite sur le thème très melvillien d'un tueur sur le chemin de la rédemption. Et enfin Grand Prix et Prix Première du Public pour l'excellent et réjouissant Le Crime farpait (El Crimen Ferpecto), d'Alex de la Iglesia (déjà couronné du prix du jury en 2001 pour Mes chers voisins), prix remis "à l'unanimité et après 3 secondes de discussion" selon Joel Shumacher.


Dans la section Sang Neuf dédiée aux premiers films, à part l'exécrable Palermo Hollywood, de bonnes choses aussi. D'abord Pusher II, âpre plongée dans les méandres de la pègre de Copenhague, du réalisateur danois Nicolas Winding Refn (Inside Job). Et puis de prometteurs Mauvais joueurs (seul film français en compétition de tout le festival, et lauréat de la section), une troublante Spider Forest coréenne, plus près du fantastique que du polar, correcte démarque lynchienne à l'admirable photographie, et le britannique Dead Man Shoes qui même s'il ne tient pas les promesses que sa première demi-heure laissait présager, s'offre un casting exemplaire de justesse. Inutile enfin de s'attarder sur le seul film américain présenté, Miss FBI: divinement armée (hors compétition, heureusement).


Côté événementiel, deux morceaux de choix. D'abord, un bel hommage à l'immense Dennis Lehane (Mystic river), maître du roman noir américain contemporain, dont les apparitions en Europe sont plus que rares. Ensuite, et surtout, hommage à l'invité d'honneur du festival, Jean-Claude VanDamme. Une venue annoncée comme exceptionnelle, mais dont l'impact aura été inversement proportionnel à tout ce qu'on nous promettait. Prévu pour accompagner les 4 jours de la manifestation, JCVD s'est fait remarquer par son absence. Zap de la cérémonie et du dîner d'ouverture, 1 minute 30 chrono de présence au photo-call officiel, 30' sur scène après le superbe hommage que lui a rendu sur scène Jean-Pierre Dionnet [http://www.symbioz-design.com/cognac2k5/popswflow.php?id=13], une demi-heure de contact avec le public lors de la traditionnelle prise d'empreintes des invités. Bien maigre somme toute, au regard des moyens déployés. Officiellement, on avance un gros jet-lag, un caprice après s'être fait refuser l'autorisation de se déplacer exclusivement en 4x4, et beaucoup de travail with L.A. Officieusement, ce serait plus compliqué. En tous cas, le charisme du bonhomme est indéniable.


Bilan? Un festival à la communication quelque peu grippée, en témoigne le nombre décroissant de journalistes s'étant déplacés pour l'occasion (même pas assez pour remettre le traditionnel prix de la critique), mais à l'organisation toujours impeccable, aux petits soins de ses invités et des professionnels qui le couvre. Gageons que l'an prochain, une fois réglés les problèmes avec ses partenaires financiers, Le Public Système saura rebondir sur une 23ème édition dont la plutôt bonne programmation et la qualité de ses invités ne méritaient pas une telle désaffection du public.


Grand Prix : Le Crime farpait (Alex De La Iglesia)
Prix du Jury : Soundless (Mennan Yapo)
Prix Spécial Police : The Third Wave (Anders Nilsson)
Prix Premiere : Le Crime farpait (Alex De La Iglesia)
Prix Sang Neuf : Les Mauvais Joueurs (Frédéric Balekdjian)
Prix Court-Métrage : Le Caissier (Frédéric Pelle)
Prix Téléfilm : Les Montana : sans issue (Benoît D'Aubert)





LES TEMPS FORTS:


SERGI LOPEZ



PIERRE SALVADORI



LE CRIME FARPAIT



LES MAUVAIS JOUEURS



LAYER CAKE







 
ACCUEIL | CONTACT | NOTES | AJOUTER AUX FAVORIS