De A à Z
Cette Semaine
Planning des Sorties
Par Réalisateur
Autour du Cinéma
Films Cultes

Tests DVD
Par Editeur
Planning des Sorties
Boutique DVD

Portraits
Culcultes
Galeries Photos

Gros Plans
Dossiers
Entretiens

News ciné
Box-Office
Notes

Nouveaux forums !!
Concours
Newsletter
Liens web

Films de Van Damme
Location de DVD
Carlotta Films
One Plus One
Conception web
Michael Cimino







CONFERENCE DE PRESSE DE COLLATERAL


Force est de reconnaître que le Ritz représentait ce jour là un prestigieux - et légitime - écrin pour accompagner la venue de Michael Mann, l'un de nos meilleurs cinéastes contemporains, Tom Cruise, star interplanétaire, et la charmante comédienne Jada Pinkett Smith. Tous trois affichaient un enthousiasme communicatif, heureux de se retrouver à Paris pour participer activement à la promotion de Collateral.


FilmDeCulte - Michael Mann, vous avez utilisé sur ce film différents procédés techniques: une caméra 35mm classique et surtout la caméra numérique haute définition Thomson Grass Valley Viper FilmStream modifiée. Pourquoi cette innovation, et en quoi cela a-t-il changé votre façon de réaliser?

Michael Mann - L'utilisation de ce procédé est venue de mon envie de raconter cette histoire-là en particulier. Deux personnages antagonistes traversent la ville de Los Angeles, de nuit, et pour pénétrer leur univers, je devais impliquer le numérique, seul médium à même de capter ce que voient nos yeux la nuit, avec toutes les nuances. Le numérique est beaucoup plus sensible aux lumières, aux couleurs, beaucoup plus facile à composer. Je parle là en terme de peinture. J'ai le sentiment de mieux pouvoir contrôler le rendu, de pouvoir travailler directement sur l'image et son apport émotionnel.


FilmDeCulte - Vous parlez d'un premier antagonisme entre les personnages, où l'un nous est présenté tout de suite et l'autre placé en retrait, discret et anonyme. Il en est un autre, entre les personnages et la ville elle-même. Comment avez-vous travaillé cet anonymat ambiant qui enveloppe les deux héros, et celui joué par Tom Cruise en particulier?

Michael Mann - L'essence de ce film, le point d'où tout est parti à l'écriture, est cette différence de caractère, de style, qui existe entre Vincent et Max. Deux personnages que tout oppose, très simplement, très schématiquement même. J'ai tenté d'injecter autant de dynamisme possible dans la mission de Vincent, dans son abnégation, car si l'on ne passe qu'une poignée d'heures en leur compagnie, ils ont déjà chacun un background riche de quarante années. Et le côté anonyme du personnage de Vincent est une clé essentielle pour parvenir à le cerner. Donc en l'occurrence, trop en dire sur Vincent s'avérait être une erreur, et surtout une trahison de son parcours.

Tom Cruise - En ce qui me concerne, ce n'est pas mon job de rester anonyme dans un rôle. Je le travaille, je le construis, je le sculpte, je suis présent, je m'interroge sur son passé, etc. Michael Mann m'a très vite présenté Vincent comme étant "un type dangereux dans un beau costume". A partir d'une simple phrase, certes étrange, les choses viennent très vite, et je me mets à créer tout autour quelque chose de cohérent, en respectant ce concept premier. J'élargis les horizons, mais sans jamais trahir cette idée ou en donnant plus de détails. Ensuite, bien entendu, il faut se poser les bonnes questions. C'est en cela que Michael Mann est un excellent metteur en scène, cette habilité pour raconter une histoire sur de simples détails, et son talent de direction d'acteurs. Il donne sur le plateau un exemple ou une métaphore de la scène, et tout devient plus clair, sans jamais que celle-ci ne soit pour autant vidée de son essence.


FilmDeCulte - Tom Cruise, vous qui avez travaillé avec certains des meilleurs cinéastes contemporains - citons Stanley Kubrick, Martin Scorsese, Oliver Stone, Paul Thomas Anderson, Francis Ford Coppola, Michael Mann - pourriez-vous citer un point commun entre eux tous?

Tom Cruise - Ce sont des artistes puissants. J'entends par là la façon dont ils conçoivent et pensent leurs films, dont ils s'investissent, la manière dont ils se démènent pour raconter leur histoire de manière personnelle, originale et appropriée. Et très certainement leur humilité au travail, leur concentration sur le plateau. C'est une véritable bénédiction pour moi que de faire partie de leur univers, sur le tournage et sur le résultat à l'écran.

Michael Mann - Je vais lui renvoyer l'ascenseur. Lorsque Tom Cruise vient travailler une scène, ce n'est pas une star mondiale du cinéma qui vient sur le plateau, c'est un comédien concerné et investi. Il est là pour travailler, il arrive en avance, il repart en dernier, en me poussant à faire le film comme je l'espérais. Il est là pour le procédé créatif, et c'est à saluer.


FilmDeCulte - Pour en revenir à votre filmographie, vous avez réalisé presque exclusivement des films qui dépeignent un univers masculin, avec des liens forts entre les hommes à l'affiche. Projetez-vous de faire un jour un film avec des premiers rôles féminins?

Michael Mann - Je suis depuis longtemps intéressé par un projet de film sur Janis Joplin, mais ce n'est pas d'actualité pour le moment. Et comme je n'envisage pas un homme pour jouer le rôle, ça répond à votre question.

Tom Cruise - Je pourrais pourtant le jouer (rires).

Michael Mann - Ce que vous dites en revanche est partiellement vrai. J'attache beaucoup d'importance dans tous mes films aux relations entre les hommes et les femmes. Dans Heat par exemple, c'était cette intimité des personnages qui m'intéressait plus que l'action en elle-même. Dans le cas de Collateral, le sujet était Los Angeles, son côté sauvage et hostile, et je n'allais pas inclure un rôle féminin juste pour le quota, même si le film présente néanmoins un début de relation entre un homme et une femme, davantage fantasmé celui-ci, puisque rattrapé par le concept même du film.


Lire la suite


1/2

 
ACCUEIL | CONTACT | NOTES | AJOUTER AUX FAVORIS